Aller au contenu principal

Nouvelle exposition : Histoires de vécu. Installation de Marie-France Dubromel

Marie-France Dubromel est l’invitée de l’exposition estivale proposée aux Archives départementales de l’Orne à Alençon. Son exposition, baptisée Histoires de vécu, est pour le moins originale. L’artiste invite en effet le public à déambuler autour de 80 pièces textiles où sont retranscrites des récits de vie. À découvrir du 4 juillet au 4 septembre. Entrée libre et gratuite.

Histoires de vécu : c’est le nom de la nouvelle exposition qui s’ouvre aux Archives départementales de l’Orne, 8 avenue de Basingstoke à Alençon. Imaginée et conçue par l’artiste Marie-France Dubromel, elle est à découvrir jusqu’au 4 septembre. 

Véritable hommage à l’ethnologue Yvonne Verdier, l’exposition est composée de 80 pièces textiles : linge blanc usagé, toujours troué, reprisé ou rapiécé…, chargé de l’empreinte du corps et d’un vécu oublié. L’installation de ces vêtements « deshabités », désigne l’absence du corps. Sur chaque pièce de linge, ont été transcrits des bribes de récits de mémoire de vies ordinaires, recueillis au cours d’une enquête ou des textes d’écrivains, reliés aux 3 âges de la vie.

« Pour transcrire les « histoires de vécu », j’ai adopté le parti pris de l’écriture du « marquage » au fil rouge et à l’aiguille, utilisé dans les blanchisseries, jusqu’à la fin des années 1960 », explique l’artiste.
L’accrochage des pièces de linge, suspendues à des chaînes, se réfère aux « salles des pendus » des centres miniers. Il exprime l’idée du vêtement vidé de son corps et voué à l’oubli.

Une artiste passionnée d’objets

Fouineuse invétérée, Marie-France Dubromel appartient à cette catégorie d’artistes qui accumulent les objets. Elle se réfère volontiers à Boltanski et Spoerri. Dans ce cas-ci, la démarche est de celles qui ne visent pas l’œuvre unique, individuelle, définitive. Un fragment n’est représentatif que lié à ce qui le précède et à ce qui pourrait le suivre dans la continuité, l’amoncellement, la permanence au creux du temps. Les travaux de Marie-France Dubromel forment une sorte de journal intime dont la lecture se fait selon un calendrier particulier.

L’artiste part toujours d’objets récoltés au hasard des voyages, des promenades, des brocantes, des rencontres. Tous ont un lien avec le textile. Beaucoup ont rapport avec la littérature, du côté des Perec, Macé, Queneau... Certains flirtent avec les mythes tels celui des Parques fileuses de destins, de Casanova séducteur épicurien, d’Ariane et de son fil conducteur.

Tel un colporteur, elle présente ses cabinets de curiosité personnels, sous forme d’inventaires du dérisoire et de l’oubli, d’accumulations ou d’installations, dans des lieux spécifiques, au hasard des rencontres ou des propositions, avec pour seule devise : Le fil rouge va où il veut.

Pratique : à découvrir aux Archives départementales à Alençon, 8 avenue de Basingstoke. Visite libre du lundi au vendredi de 9h à 18h et les dimanches de 14h30 à 18h. Renseignements au 02 33 81 23 00.  Entrée libre et gratuite.
 

Nouvelle exposition : Histoires de vécu. Installation de Marie-France Dubromel