Logo du Conseil général de l'Orne
 
 >>>   Si vous ne parvenez pas à lire ce courriel, cliquez sur ce lien     

>>>   Pour s'abonner à l'infolettre de la direction des Archives et des biens culturels de l'Orne     

>>>   Pour se désabonner : cliquez-ici      
Bandeau de l'infolettre
 Treizième numéro - Avril 2011

 http://archives.orne.fr   DEMANDEZ LE PROGRAMME  Expositions 
 http://archives.orne.fr   SOUS LES PROJECTEURS  Événement, publications, salle de lecture 
 http://archives.orne.fr   EN COULISSE    Le reconditionnement des documents scellés 
 http://archives.orne.fr   INSCRIT AU RÉPERTOIRE  Les archives de l'Aéroclub d'Alençon, versements d'archives contemporaines 
 http://archives.orne.fr   LEVER DE RIDEAU  Site internet de la Direction des archives et des biens culturels de l'Orne : le cadastre est en ligne !  
 http://archives.orne.fr   SOUFFLEUR  Le cahier d'une écolière du pensionnat de la Providence de Mortagne-au-Perche  
 http://archives.orne.fr   SOUS LES PLANCHES   Du filet de La Perrière ! 
 http://archives.orne.fr   ACTEURS DE LA RECHERCHE   Patrick Rigault : aux petits soins de l'hôpital de L'Aigle 
 
 
Visuel des Archives départementales

 
Archives départementales de l’Orne

8 avenue de Basingstoke
61017 Alençon Cedex
Tél. : 02 33 81 23 00
Fax : 02 33 81 23 01
Mél : archives@cg61.fr
Site : http://archives.orne.fr 


































 
 
 DEMANDEZ LE PROGRAMME
Expositions  
La allée de la Sarthe, artistique et pittoresque
 
Jusqu'au 22 avril 2011 :
La vallée de la Sarthe artistique et pittoresque

Depuis près de deux siècles, les rives de la Sarthe, entre Alençon et Fresnay-sur-Sarthe, sont une destination prisée des artistes, des touristes, des sportifs et des promeneurs. Le relief accidenté, le lit de la rivière parsemé de rochers, les villages pittoresques ont séduit et séduisent encore les voisins comme les voyageurs. Si l’activité des peintres à Saint-Céneri et Saint-Léonard est bien connue, leur notoriété a pu masquer l’importante production artistique des photographes amateurs et professionnels, qui s’exprima notamment à partir des années 1880 lors des excursions dominicales. La proximité des regards du peintre et du photographe apparaît évidente avec la révélation de fonds photographiques privés.
 
L’exposition La Vallée de la Sarthe artistique et pittoresque propose dans un premier temps un itinéraire en images, pour la plupart anciennes et inédites, d’Alençon à Fresnay-sur-Sarthe, puis une évocation du rôle pionnier de la gravure dans la promotion des sites. Les activités artisanales, les aménagements hydrauliques et les ponts, qui ont concentré les regards des artistes et des promeneurs, sont mis en relief. Quelques points de vue incontournables sont proposés au regard à travers l’objectif ou la palette des nombreux artistes qui les ont représentés.
 
Le développement du tourisme, à partir de la fin du XIXe siècle, amène l’édition de guides de voyages, de plaquettes de visite et de belles affiches promotionnelles.
 
Dans une seconde partie, l’activité des peintres, locaux, de passage ou visiteurs réguliers est présentée à travers une sélection d’oeuvres issues pour leur très grande majorité de collections privées. Ces tableaux et gravures témoignent, aux côtés des photographies, de la grande diversité des oeuvres inspirées par la vallée de la Sarthe et les Alpes mancelles.

Hall des Archives départementales de l'Orne.
Entrée libre.
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30.
 
À compter du 15 juin 2011 et jusqu'au 16 octobre :
Exposition sur le cyclisme dans l'Orne

A l’occasion de la 73e Semaine fédérale internationale du cyclotourisme qui se tiendra à Flers du 31 juillet au 7 août 2011, la Direction des archives et des biens culturels du Conseil général de l’Orne propose une exposition sur l’histoire du vélo et du cyclisme dans notre département.

Constituée de documents d’archives, journaux, photographies, affiches mais aussi d’objets (vélos, maillots, accessoires) prêtés par le Musée du Tour de France de La Fresnaye-sur-Chédouet et par des particuliers, cette exposition sera présentée à Alençon, dans le hall des Archives départementales. Une version synthétique itinérante en 16 panneaux sera également réalisée pour la Semaine fédérale et sera ensuite prêtée aux associations, offices de tourisme, et à tous ceux qui en feront la demande.

  SOUS LES PROJECTEURS


Événement

Samedi 14 mai 2011, de 20h à 1h
Pierres en lumières

La préparation de la 3e édition de Pierres en lumières, LE rendez-vous des amoureux du patrimoine ornais, se termine. Plus de 100 participants, répartis sur l’ensemble du territoire, ont rivalisé d’imagination pour vous proposer des animations très diverses. Mini-concerts, visites contées, création contemporaine, son et lumières, et des milliers de bougies vont animer chapelles, châteaux, lavoirs, ancienne mine et cœurs de ville…

Le programme complet, avec des propositions de circuits, est disponible sur les sites internet du Conseil général, de la Préfecture et de la Fondation du patrimoine.

Pierres en lumières
 
Publications

Éric Vial, La Cagoule a encore frappé !
Larousse, 2010, 320 p., 18 €

Le mercredi 9 juin 1937, en tout début de soirée, deux automobiles immatriculées à Paris roulent à vive allure en direction de Domfront. Elles s’arrêtent soudain, non loin du hameau de La Chiennerie. Deux hommes descendent de l’une d’elles et la poussent sur le bas-côté. Le lendemain, deux cadavres, jetés l’un sur l’autre, couverts de boue et de sang sont retrouvés : Sabattino dit Nello Rosselli, historien, résidant en Italie et de passage en France, son frère Carlo, réfugié politique depuis 1929, personnage important de l’émigration antifasciste. La police identifie la douille comme provenant d’une arme allemande de neuf millimètres, un modèle qui n’est pas commercialisé en France. Le vol ne peut être le mobile du crime, car si le portefeuille de Carlo a disparu, celui de Nello renferme, en liquide et en chèque, plus de vingt mille francs. Personne n’en doute, le crime est politique. L’enquête démontre rapidement l’implication de la Cagoule, une organisation secrète d’extrême droite, qui aurait agi sur ordre de Mussolini…

Michel Gaumont, Neuvy-au-Houlme, histoire d'un petit village normand.
Corlet, 2011, 546 p., 29 €
La Cagoule a encore frappé !

Neuvy-au-Houlme, histoire d'un petit village normand
 
Salle de lecture

 
Pour permettre le contrôle de numérisation ou la numérisation, les documents suivants sont indisponibles. 
  1. les listes nominatives de recensement (an IX - 1968), cotées M 1436 à M 1582 et 520 W 1 à 520 W 64 ;
  2. les cartes postales thématiques ;
  3. les registres paroissiaux, d'état civil et les tables décennales dans lesquels des oublis au microfilmage ont été constatés (cf. état des signalements et corrections apportées) ;
  4. une partie des registres matricules (cf. suivi de numérisation de la série R)  ;
  5. une partie des tables des successions et absences de l'enregistrement (cf. suivi de numérisation de la série 3Q).
Des images numériques sont désormais accessibles en salle de lecture pour les documents suivants : 
  1. les registres matricules jusqu'à la classe 1910 (1911-1938 sur dérogation) et les tables de recensement militaire jusqu'en 1938 ;
  2. la première campagne de numérisation des tables de successions et absences des bureaux de l'enregistrement du département (liste envoyée sur demande).
 EN COULISSE

Le reconditionnement des documents scellés

Les sceaux de cire sont particulièrement fragiles. Parmi le peu de chartes médiévales parvenues jusqu’à nous, une proportion infime, un peu plus d’un millier, a conservé un ou plusieurs sceaux. Sur cette quantité, une minorité nous est parvenue en bon état. L’opération de conservation préventive et de restauration engagée sur les sceaux ornais s’appuie sur la connaissance des causes de dégradation, propagée par plusieurs études scientifiques et par le service des sceaux des Archives nationales, et complétée par les observations et analyses faites sur le corpus ornais. Les altérations des sceaux sont provoquées par différents facteurs internes et externes qui interagissent : la composition du sceau, le mode de suspension, la surface et la nature du contact entre l’attache et les deux galettes de cire qui l’englobent mais aussi la température, les atteintes mécaniques, les protections et réparations anciennes et plus récentes.

Afin de ralentir la dégradation des sceaux sans en interdire la consultation, un programme d’étude, de restauration et de conservation, mobilisant les compétences de plusieurs métiers, a été mis en place. Il passe par un inventaire détaillé doublé d’une couverture photographique systématique : le document et son ou ses sceaux font l’objet d’une identification précise, éventuellement d’une restauration, d’une numérisation et d’un conditionnement sur mesure.

Pour prétendre transmettre les sceaux médiévaux aux générations futures, il importe de leur appliquer un traitement à la fois curatif et préventif. Ceux qui ont été endommagés, fissurés, nécessitent une restauration ; tous, quel que soit leur état, doivent être conservés dans des conditions optimales.
Le reconditionnement des documents scellés
Tous les documents scellés sont peu à peu examinés pour déterminer ceux qui doivent être restaurés (sceaux comportant des éléments lisibles et présentant un risque net de perte de matière). Leur restauration fait l’objet d’un protocole individualisé défini en liaison avec le restaurateur privé. Son intervention doit être visible (légère différence de couleur et/ou de niveau), réversible, faire appel à des matériaux stables (cire naturelle ou cire micro-cristalline) et se limiter à la stricte stabilisation : le volume du sceau n’est pas reconstitué, les motifs ne sont pas recréés, les adjonctions de cire ont pour seul but d’éviter des pertes de matière.

Les documents scellés doivent être conservés dans l’environnement climatique tempéré propre aux fonds d’archives (18° C, 50 % d’humidité relative). Le parchemin se rétractant ou se dilatant très facilement en fonction du climat, le document scellé s’accommode mal des variations climatiques rapides. Les matières mises en contact avec les documents scellés doivent être chimiquement neutres et stables. Afin d’éviter toute tension sur l’attache du sceau, les actes doivent être conservés à plat. Il convient en outre de ne pas poser par dessus d’autres documents qui feraient pression sur le sceau. Le conditionnement doit aussi interdire aux documents scellés de se déplacer latéralement dans leur conditionnement.

Après examen des différentes solutions mises en oeuvre aux Archives nationales et dans certains services d’Archives départementales, les Archives de l’Orne ont conçu et développé avec la société Arden Plast un prototype de boîtes et de plateaux empilables en polypropylène. Ce matériau, outre qu’il est chimiquement neutre et stable dans le temps, est plus léger et plus économique que des boîtes en carton entoilé.

Le système retenu prend en compte le fait que les actes seront tous prochainement numérisés et qu’ils ne seront plus manipulés que très exceptionnellement. Les documents scellés sont placés sur des cartons de conservation fixés sur les plateaux en polypropylène. Ils sont entravés latéralement et en épaisseur par des bandes de papier japon placées sur les coins. Les sceaux sont maintenus latéralement par des languettes souples en papier de conservation. Le conditionnement des sceaux est assuré en interne par l’atelier de reliure des Archives départementales de l'Orne. 

 INSCRIT AU RÉPERTOIRE

Les archives de l'Aéroclub d'Alençon

L'aéroclub d'Alençon a déposé ses archives aux Archives départementales de l'Orne. On y trouve les comptes rendus des réunions de bureau, des conseils d'administration (1970-1978), les délibérations du comité de la section d'aviation populaire (1938-1939). De nombreux registres donnent des informations sur les vols (1938-1967), sur la nature et l'origine des moteurs (1934-1958). Intéressants pour les périodes les plus récentes sont les carnets de vol des pilotes stagiaires (1960-1980). Ils sont classés par ordre alphabétique et contiennent bien souvent des photos et des détails biographiques. Il est rappelé, bien entendu, que l'activité a été interrompue pendant huit ans et n'a repris qu'en 1947. Les archives de l'aéroclub sont classées dans la série J de 448J1 à 448J13.
Les archives de l'Aéroclub d'Alençon
  
Versements d'archives contemporaines
 
1679W à 1687W, 1697W à 1698W : tribunal de commerce d'Alençon (26,7 ml)
Dépôt d'actes de sociétés civiles et groupes d'intérêt économique (1980-2000), procédures collectives avec ou sans administrateur (1994-2005), dépôt d'actes de sociétés commerciales radiées (2000), plans de continuation d'entreprises en difficulté (2003), minutes de jugements, ordonnances de référés, registres d'audience, plumitifs, registres chronologiques de procès-verbaux (2000-2005). Minutes de jugements, plumitifs d'audience, actes de sociétés, dépôt d'actes des sociétés commerciales radiées, dossiers de procédures collectives clôturées de l'ancien tribunal de commerce d'Argentan (1999-2005). Dépôt d'actes des sociétés radiées de l'ancien tribunal de commerce de Flers (1999). Dépôts d'actes des sociétés commerciales et civiles radiées, dossiers de procédures collectives clôturées de l'ancien tribunal de commerce de Condé-sur-Noireau (2000-2005).
  
1688W : Conseil général, service des transports (2,5 ml)
Conventions de transport, enquêtes sur les transports scolaires, régie départementale des transports (1985-2008).
 
1689W : Préfecture, bureau de la coordination et d'appui au pilotage interministériel (1,4 ml)
Originaux des arrêtés préfectoraux (2007-2008).
 
1690W à 1691W : Conseil général, direction des affaires générales et des assemblées (40,6 ml)
Comptes rendus des séances plénières du Conseil général (1979-1993), comptes rendus des séances de la Commission permanente du Conseil général (1966-1993).
  
1692W à 1694W : Direction départementale des territoires
Plans d'aménagement, plans d'urbanisme (1945-1965), photographies aériennes (reconditionnement et reclassement en cours).
  
1695W : Direction de La Poste (8,5 ml)
Dossiers de suivi de bureaux de poste et d'agences postales (1858-1980), contrôle de bureaux (1999-2000).
 
1696W : Direction départementale des finances publiques
Plans minute de rénovation du bureau du cadastre d'Argentan (1932-1974).
  
1699W : Circonscription de sécurité publique de Flers (0,4 ml)
Dossiers individuels (tri sélectif au 1/10e) de personnes nées avant 1930 (1928-1985).
 
1700W : Chambre des métiers (7 ml)
Répertoire des métiers, dossiers individuels d'artisans ayant cessé leur activité (1986-2000). 

 LEVER DE RIDEAU

Site internet de la Direction des archives et des biens cutlturels : le cadastre est en ligne !

Suite à la refonte du site internet du Conseil général de l'Orne, en ligne depuis le 11/04/2011, celui de la Direction des archives et des biens culturels de l'Orne est en reconstruction. D'ici la fin de l'année, nous vous proposerons de nouvelles pages qui vous permettront de découvrir plus dynamiquement la Direction des archives et des biens culturels et d'explorer plus largement nos fonds et collections.

Nos actualités, l'accès aux archives en ligne et la possibilité de s'inscrire à notre infolettre sont maintenus sur une page d'accueil provisoire disponible à cette adresse : http://archives.orne.fr.

Et pour que vous puissiez patienter sereinement, nous vous offrons sans attendre la possibilité de consulter en ligne les plans numérisés du cadastre parcellaire dit "napoléonien", établis entre 1808 et 1836. La numérisation a été effectuée à partir de la collection départementale, complétée en cas de lacune par les collections communale et du service du cadastre.


 SOUFFLEUR

Le cahier d'une écolière du pensionnat de la Providence à Mortagne-au-Perche

La Direction des archives et des biens culturels de l'Orne a récemment acheté à un libraire parisien un cahier qui en 1867/1868 appartenait à Jeanne Gahéry, alors jeune écolière du pensionnat de la Providence à Mortagne-au-Perche.  Mais qui était-elle, d'où venait-elle ? Quel était ce pensionnat ? Nous n'en savons pas plus. Aussi nous vous proposons de nous aider à résoudre cette énigme. Le résultat de vos recherches peut nous être adressé ici : archives@cg61.fr !
            


 SOUS LES PLANCHES
Du filet de La Perrière !

Parmi les dessins et modèles déposés au tribunal de commerce de L'Aigle entre 1874 et 1939, voici le contenu de deux boîtes de bois scellées qui vient illustrer le savoir-faire des habitants de La Perrière dans la conception du filet.

Le filet est une trame de fils composée de mailles simples et carrées dont chaque angle est arrêté par un nœud. Dès l'origine, il était exécuté manuellement à la navette. Ce n'est qu'au début du XIXe siècle qu'il le fut mécaniquement. Le filet brodé, appelé aussi "filet d'art" ou "filet artistique", se caractérise par un support préalable, le filet nu ou "fond de filet", et par un travail de broderie à l'aiguille sur le réseau. À partir de la Renaissance, il devient un art d'agrément, précurseur de la dentelle, avec le lacis et le point coupé.

Le premier dépôt, effectué le 27 juillet 1904 par M. Albert Vallée, fabricant de filets, demeurant à La Perrière, renfermait cinquante-et-un modèles d'échantillons de dentelles et entre-deux au filet fabriqués spécialement par sa maison de commerce et dont il revendiquait la propriété commerciale.

Le second dépôt, effectué par une autre Perrièroise, Mme Meheux, renfermait quant à lui cinq autres échantillons.
     

ACTEURS DE LA RECHERCHE

Patrick Rigault : aux petits soins de l'hôpital de L'Aigle

Attaché culturel de territoire de santé auprès des centres hospitaliers d'Alençon-Mamers et de L'Aigle, Patrick Rigault s'intéresse depuis sept ou huit ans à l'histoire de l'hôpital aiglon. Jusqu'à présent, les publications existantes sur la ville de L'Aigle ne traitaient pas ou peu de ce sujet alors même qu'un inventaire des titres de cet établissement lui prête une existance médiévale. Toutefois, les bombardements du 7 juin 1944 ont détruit presque toutes les archives de cet hôpital... Alors, pour reconstituer son histoire, Patrick Rigault a recours à des sources connexes : archives judiciaires, notariales, etc.  ou bien encore aux images numériques des pages d'un atlas des routes de France du XVIIIe siècle (dit atlas de Trudaine).  Les premières lignes de cette histoire en cours de reconstitution sont consultables sur le site internet du centre hospitalier de L'Aigle.
Patrick Rigault : aux petits soins de l'hôpital

Direction des Archives et des biens culturels de l'Orne, 6-10 avenue de Basingstoke, 61017 Alençon Cedex  
Tél. : 02 33 81 23 00 - Fax : 02 33 81 23 01 - Mél : archives@cg61.fr - Site internet : http://archives.orne.fr