Logo du Conseil général de l'Orne
 
 >>>   Si vous ne parvenez pas à lire ce courriel, cliquez sur ce lien     

>>>   Pour s'abonner à l'infolettre de la direction des Archives et des biens culturels de l'Orne     

>>>   Pour se désabonner : cliquez-ici      
Bandeau de l'infolettre
 Onzième numéro - Octobre 2010

 http://www.cg61.fr   DEMANDEZ LE PROGRAMME  Ateliers d'initiation à la recherche, cours de paléographie, exposition, visite 
 http://www.cg61.fr   SOUS LES PROJECTEURS  Colloque international, publication, salle de lecture 
 http://www.cg61.fr   EN COULISSE   Le service éducatif des Archives départementales de l'Orne 
 http://www.cg61.fr   INSCRIT AU RÉPERTOIRE  Achats d'archives privées, les archives de la famille Gicquel des Touches 
 http://www.cg61.fr   SOUFFLEUR  Exposition sur la verrerie dans l'Orne : appel à contribution 
 http://www.cg61.fr   SOUS LES PLANCHES   Le fichier auto-correctif d'André Brau 
 http://www.cg61.fr   ACTEURS DE LA RECHERCHE   Karine Aubertin, généalogiste professionnelle 
 
 
Visuel des Archives départementales

 
Archives départementales de l’Orne

8 avenue de Basingstoke
61017 Alençon Cedex
Tél. : 02 33 81 23 00
Fax : 02 33 81 23 01
Mél : archives@cg61.fr
Site : www.orne.fr 


































 
 
 DEMANDEZ LE PROGRAMME

Atelier d’initiation à la recherche
 
Vendredi 5 novembre 2010  - 14h30 / 17h : histoire des biens fonciers
 
Conseils méthodologiques et présentation des sources disponibles pour reconstituer l'histoire d'un bien immobilier et de ses abords.

Vendredi 3 décembre 2010  - 14h30 / 17h : au delà de l'état civil
 
Conseils méthodologiques et présentation des sources disponibles pour reconstituer l'histoire de sa famille.

Ces ateliers s’adressent à tous, habitués aux recherches en archives ou débutants.
 
Archives départementales de l'Orne, salle Ordéric Vital.
Entrée gratuite sur réservation.
Atelier d'initiation à la recherche : histoire des biens fonciers
 
 
 
Atelier d'initiation à la recherche : au delà de l'état civil
 
Cours de paléographie

 
Deux cycles de paléographie proposent une initiation et un perfectionnement à la lecture des écritures anciennes.

Premier cycle, mercredi 3 novembre 2010 - 17h15 / 19h 

Cycle pour les débutants, axé sur des textes du XIIe au XVIIIe siècles, en 10 séances à compter du mercredi 3 novembre de 17h15 à 19h (une scéance tous les quinze jours : 03 et 17/11, 01 et 15/12, 05 et 19/01, 02 et 16/02, 16 et 30/03).

Inscription préalable : 28 euros pour l'année, moitié prix pour les étudiants.

Deuxième cycle, mercredi 23 mars 2011 - 17h15 / 19h45 

Cycle pour les initiés, axé sur des textes du XVIe et XVIIe siècles, en 7 séances à compter du mercredi 23 mars de 17h15 à 19h45 (une scéance tous les quinze jours : 23/03, 06 et 20/04, 11 et 25/05, 08 et 22/06).

Inscription préalable : 28 euros pour l'année, moitié prix pour les étudiants et les personnes inscrites au premier cycle.

Archives départementales de l'Orne, salle Ordéric Vital.
 
Exposition

Du 15 juillet au 10 novembre 2010 :
L'affaire Bassière
Un crime retentissant dans l'Orne en 1862

Les Archives départementales ont, parmi leurs missions, vocation à conserver les archives judiciaires, des justices de paix jusqu’à la cour d’assises. Ce riche patrimoine recèle des dossiers extrêmement variés sur les relations entre les Ornais et la justice et surtout ceux très nourris des affaires jugées en cours d’assises. L’un d’eux est consacré à l’affaire Bassière.

En janvier 1862, François Bassière, de Saint-Évroult-de-Montfort (près de Gacé), est assassiné dans sa maison, le soir au milieu du repas. Son fils Albert, qui entretient de mauvaises relations avec son père, est arrêté ainsi que sa veuve et la servante, convaincues toutes les deux de complicité. Un premier procès en cour d'assises se déroule à Alençon en juillet et se termine, sans aveux, par la condamnation d'Albert Bassière aux travaux forcés à perpétuité et l’acquittement de la veuve et de la servante.

En 2007, dans le cadre d’une animation annuelle sur les faits divers et le roman policier, la Médiathèque départementale de l’Orne choisit d’utiliser le dossier d’assises pour publier une bande dessinée « L’affaire Bassière », par Dijan et Jay, et pour réaliser une exposition en 12 panneaux intitulée « De la réalité à la fiction : l’affaire Bassière » comportant à la fois des éléments de la bande dessinée et des reproductions de documents d’archives.

 
 

L'affaire Bassière
Depuis, la découverte en 2008 d’un second dossier de procès en assises, lors de l’inventaire d’archives judiciaires non classées, a complètement renouvelé la connaissance de cette histoire. En effet, après le rejet d'un recours en cassation (présenté par l'avocat ornais Albert Christophle), Albert Bassière apporte de nouvelles informations en août 1862 : il aurait organisé le meurtre avec Aristide Houlette, meunier du moulin voisin de la Véronnière (qualifié de lieu d’orgies et de débauche), Dominique Gibory, auteur du coup de feu, et avec la complicité active de Célestine Quériot, ancienne servante des Bassière. En mars 1863, un nouveau procès en cour d’assises débouche sur la condamnation de D. Gibory et A. Houlette aux travaux forcés à perpétuité et de C. Quériot à 20 ans de travaux forcés, sans remettre en cause la précédente condamnation d’A. Bassière, qui décède en 1889 au bagne de Nouvelle-Calédonie.
 

L’exposition présente, en complément des panneaux réalisés en 2007, une sélection de pièces originales des deux procès et aussi de journaux ornais de l’époque (notamment le Journal d’Alençon) qui ont largement rendu compte de « ce drame horrible qui prendra place dans le recueil des causes célèbres ». La presse parisienne, en particulier Le Petit Journal, n’est pas en reste pour informer ses lecteurs du déroulement des séances des assises de l’Orne. Jamais affaire criminelle ornaise n’avait été autant médiatisée.

Hall des Archives départementales de l'Orne. Entrée libre.
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h30.
Fermé le 2 novembre en matinée.
 
Visite des Archives départementales de l'Orne

Vendredi 10 décembre 2010 - 12h30 à 14h

Cette visite d'une heure et demie environ s'adresse aux personnes qui voudraient découvrir un service culturel et patrimonial un peu particulier. Visite des locaux accessibles au public et des espaces réservés : hall d'exposition, salle de lecture, locaux techniques de réception des archives, de classement, de conditionnement, de conservation, des ateliers de reliure et de photographie / numérisation.

Hall des Archives départementales de l'Orne. Entrée libre sur réservation. 

  SOUS LES PROJECTEURS

Colloque international

14 et 15 octobre 2010
L'art de bâtir aux champs.
Modernité du patrimoine rural et théorie des constructions agricoles.
Institut national d'histoire de l'art à Paris

Le colloque L’art de bâtir aux champs, organisé en partenariat par l’Institut national d’histoire de l’art et la Direction des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication, rassemble des chercheurs ayant contribué aux travaux des services de l’Inventaire, dans le domaine du bâti rural et agricole, et des chercheurs participant au programme de l’INHA sur la théorie et la bibliographie du livre d’architecture français.

Il s’agit de mettre en exergue une période durant laquelle, à partir de la fin du XVIIIe siècle, l’architecture agricole donne lieu à un nombre croissant de publications. Celles-ci témoignent à la fois de l’actualité de ce domaine et de l’intérêt que lui portent des auteurs variés, architectes, ingénieurs ou propriétaires souvent rassemblés au sein des sociétés d’agriculture. Elles définissent également le cadre d’une production qui abandonne les pratiques traditionnelles, au profit de méthodes plus rationnelles.

Aux marges du domaine qui était alors celui de l’art architectural, cette production imprimée coïncide avec une certaine démocratisation de la maîtrise d’ouvrage : les édifices « propres à loger les animaux » ou les granges et les hangars construits avec soin dans quelques demeures aristocratiques depuis la Renaissance italienne, étaient désormais un enjeu, pour un nombre croissant de commanditaires.



 
 
Pour consulter le programme
détaillé : cliquez-ici

Colloque international : L'art de bâtir aux champs
Deux communications sur le département de l'Orne :

Jeudi 14 à 11h30.
Pierre Brunet
Les fermes modèle du Second Empire dans l’Orne.

Vendredi 15  à 10h.
Delphine Birée et Jean-Pascal Foucher
Du plan masse à l’écrou : le fonds de plans de la ferme modèle d’Avoise à Radon.
 
Publication

Ghislaine Chouet et Bruno Jousselin. Catinat, histoire d'une famille.
Rémalard, Les Amis du Perche, 2010, 304 p., 25 €
 

Cet ouvrage vous transportera dans le Perche, en Touraine, en Normandie et en Île-de-France de la Renaissance à la Révolution. Vous y découvrirez la famille Catinat qui, par ambition et opportunités, est arrivée jusqu’aux rangs de la noblesse et comment l’un des siens, Nicolas Catinat, a accédé au titre de Maréchal de France sous Louis XIV. Depuis plus de cent ans, aucune monographie familiale n’avait été publiée dans le Perche : Catinat, histoire d’une famille vise à répondre à cette attente. Ce livre, qui passionnera les généalogistes, s’adresse aussi aux lecteurs intéressés par le patrimoine et le passé de certains lieux. Riche de détails et d’anecdotes, cet ouvrage constitue un passionnant récit pour tous les amateurs d’histoire.

Ghislaine Chouet et Bruno Jousselin, tous deux originaires du Perche, sont passionnés par les recherches historiques et patrimoniales. Bruno Jousselin a écrit plusieurs ouvrages sur la région aux éditions Alan Sutton. Ghislaine Chouet est en cours de rédaction d’un livre sur l’histoire de Pervenchères et son canton.

Fondés en 1947 à Nogent-le-Rotrou, les Amis du Perche regroupent au sein de leur fédération, trois associations départementales (Eure-et-Loir, Orne, Sarthe-Loir-et-Cher). Société d’histoire, des arts et de l’environnement, ils enregistrent plus de mille adhérents. Ils concourent au développement de la recherche historique et archéologique sur les pays du Perche et contribuent à la protection de l’environnement naturel. Les Amis du Perche proposent les Cahiers Percherons, le magazine Pays du Perche et l’édition de livres.

Pour commander l'ouvrage
cliquez-ici
 
Catinat, histoire d'une famille
 
Salle de lecture

 
Pour permettre le contrôle de numérisation, les documents suivants sont indisponibles. Pour les points 5 et 6, les documents étant bloqués au fur et à mesure, veuillez contacter les Archives départementales avant de vous déplacer.
  1. les listes nominatives de recensement (an IX - 1968), cotées M 1436 à M 1582 et 520 W 1 à 520 W 64 ;
  2. les cartes postales thématiques ;
  3. les ouvrages : Grand armorial de France, généralité d'Alençon, coté AUX US 20701 et Manuel de diplomatique, coté RÉS3798 ;
  4. les registres paroissiaux, d'état civil et les tables décennales dans lesquels des oublis au microfilmage ont été constatés (cf. état des signalements et corrections apportées) ;
  5. une partie des registres matricules postérieurs à 1914 ;
  6. une partie des tables des successions et absences de l'enregistrement.
 EN COULISSE
Le service éducatif des Archives départementales de l'Orne

Des services éducatifs existent pour les trois niveaux d’enseignement de l’école primaire,  du collège et du lycée. Ils s’inscrivent dans les projets d’action culturelle développés par le rectorat et visent à promouvoir auprès des classes et des professeurs les ressources du patrimoine  local. Il existe un service éducatif aux Archives départementales de l'Orne avec des enseignants détachés par l’Éducation nationale qui assurent quelques heures de présence par semaine afin d’accueillir des classes et de préparer des activités au service des élèves.

Pour le premier degré, Patrick Birée :

Le rôle de professeur du service éducatif pour le premier degré consiste en une aide technique et pédagogique envers les professeurs des écoles pour leur enseignement de l'histoire (et de la géographie). Ces personnes ne sont, pour la plupart, pas des spécialistes de cette discipline. L'entrée par la dimension locale est souvent plus facile pour eux et leurs élèves. La pratique de cette histoire « construite » passe par l'étude d'un monument, d'un quartier, d'un personnage, d'un événement, d'une population....mais s'inscrit dans une dimension historique générale. Cela suppose une étude de documents originaux ou de leur reproduction, en classe ou aux Archives, l'accueil pour une visite du site des archives ou un commentaire d'exposition. Tout les ans, une trentaine de classes primaires de l'Orne peuvent ainsi s 'initier à la démarche de l'historien et mieux appréhender leur territoire dans sa dimension historique et patrimoniale.

Pour le collège, Sébastien Beuchet :

Le service éducatif propose aux enseignants de collège un ensemble de ressources locales exploitables dans le cadre des programmes d’histoire-géographie, d’éducation civique et de ceux d’histoire des arts. En outre, de nombreux projets peuvent être construits avec les professeurs participant à des itinéraires de découverte (IDD) ou à des projets d’école ouverte. Par ailleurs, le service éducatif peut apporter son aide lors de la préparation de concours tels que le concours de la Résistance et de la Déportation.

Pour le lycée, Arnaud Campain :

Le service éducatif accueille régulièrement des classes qui allient le plus souvent une activité sur place, comme l’étude des cahiers de doléances et une visite des services d’archives, où l’on retrace le parcours d’un document depuis sa collecte jusqu’à sa mise à disposition du public. L’ensemble des métiers et des missions des Archives départementales sont alors évoqués. Dans le cadre de la réforme du lycée et de la mise en place des enseignements exploratoires, comme littérature et sociétés ou patrimoines, la visite s’insère parfaitement dans les objectifs annoncés par les programmes, tels que la découverte des métiers et la rencontre des personnes ayant des responsabilités dans la conservation et la médiatisation du patrimoine.

Le service éducatif des Archives départementales de l'Orne

Le service éducatif Architecture et art religieux

Le service éducatif Architecture et art religieux est un autre moyen d’entrer directement en contact avec le patrimoine local. Il propose aux élèves des classes de collège et de lycée un ensemble d’activités liées à la lecture de l’image, la description d’œuvres picturales, de bas reliefs conservés dans l’Orne et permet aussi d’organiser des visites de la cathédrale de Sées. Les mises en activité sont disponibles en ligne sur le site de l’académie de Caen, à la rubrique action culturelle. La finalité de ce service est de transmettre aux élèves les éléments symboliques et artistiques de la religion chrétienne comme autant de repères culturels fondamentaux.


 INSCRIT AU RÉPERTOIRE

Achats d'archives privées
 
En août 1913, trois hommes - MM. Drucker, Jacquin et Pilatre - descendent l'Orne en canoë canadien, depuis Argentan jusqu'à Thury Harcourt. Sur un petit carnet relié cuir, ils commentent chaque étape de ce périple. Extrait : Moulin de Blot, nous montons à la maison habitée par un vieux et une vieille malade dans un fauteuil. Nous déposons nos sacs. Nous faisons quelques provisions puis nous montons au site des Roches d'Oëtre [...].
 
Les Archives départementales de l'Orne ont pu acquérir ce carnet d'une vingtaine de pages, illustré d'une cinquantaine de photographies, sur un site internet de ventes aux enchères.
Descente de la vallée de l'Orne en canoë
 
 
 
Le 28 juin 1964, le Comité d'expansion touristique et l'Automobile club de l'Ouest organisent à Bagnoles-de-l'Orne un rallye automobile féminin baptisé Robes et volant. Malgré une pluie légère, vingt candidates se présentent aux différentes épreuves : concentration automobile, gymkana, parcours de régularité. C'est l'équipage caennais n°15 de Mmes Arifon et Lambert qui remporte l'épreuve et par la même occasion les coupes Ouest-France et Shell remises en soirée au casino de Bagnoles-de-l'Orne.
 
Les Archives départementales de l'Orne se sont récemment portées acquéreur de l'affiche de ce rallye.
Rally automobile féminin à Bagnoles-de-l'Orne
 
 
Les archives de la famille Gicquel des Touches
 
Au mois de juillet dernier, la famille Gicquel des Touches, de la Pouprière à Semallé, a fait un très beau don de documents aux Archives départementales. Il s’agit d’archives provenant de la famille Gicquel, une famille de marins bretons qui a donné plusieurs officiers de marine, dont l’amiral Gicquel des Touches, ministre de la marine en 1877, et qui s’est installée à la Pouprière à la fin du XIXe siècle.
 
Ce fonds comporte quelques pièces antérieures à la Révolution et davantage pour le XIXe siècle : si les archives maritimes de l’Amiral ont été remises au Service historique de la Défense, une partie de sa correspondance mondaine avec les familles d’Orléans, de Vendôme, de Paris, etc. fait partie du don aux Archives de l’Orne. De même le mariage de son fils avec une noble polonaise explique la présence de correspondances de familles princières polonaises.
Malle d'Alain Gicquel des Touches     Malle d'Alain Gicquel des Touches    Malle d'Alain Gicquel des Touches
Toutefois l’essentiel du fonds est constitué des archives d’Alain Gicquel des Touches (1888-1973) et notamment de sa correspondance (reçue, expédiée, transcrite) de la guerre de 1914-1918, conservée précieusement dans une cantine en bois du 14e Hussards, qui figure actuellement dans l’exposition consacrée à Lyautey et au quartier Lyautey présentée à l’Hôtel du Département.

Mis en ordre en partie par Jean Gicquel des Touches, ancien maire de Semallé, ce riche fonds d’archives est en cours de classement et il sera à la disposition des chercheurs d’ici la fin de l’année au moyen d’un premier répertoire provisoire.

 SOUFFLEUR

Exposition sur la verrerie dans l'Orne : appel à contribution (archives@cg61.fr)

La fabrication de la verrerie est attestée dans l’Orne depuis la fin du Moyen Age. Artisanat puis industrie, on la trouve toujours installée à proximité des massifs forestiers : forêts d’Andaine, d’Écouves, du Pays d’Ouche, de la Trappe, etc. On considère que sur une période d’environ sept siècles, une bonne vingtaine d’ateliers ont existé sur le sol ornais, certains ayant eu une existence éphémère. Afin de faire mieux connaître ce patrimoine, d’approfondir la connaissance des verreries, de leur personnel et de leurs productions, les Archives départementales forment le projet de réaliser une exposition sur la verrerie dans l’Orne au cours de l’été 2011.

Les traces de cette activité sont très nombreuses dans les archives, autant celles des grandes familles normandes qui ont dirigé les établissements que celles des innombrables ouvriers qui ont exécuté des objets de toutes natures, de l’humble bouteille à vin jusqu’aux verres décorés à la manière de Venise ou de Bohème. Quiconque parcourt les archives a probablement déjà croisé un verrier ou de la verrerie dans ses sources. Nous sommes donc intéressés par toute contribution que les utilisateurs d’archives ornaises pourraient nous apporter à la fois sur le personnel et sur les établissements.
Verrerie de Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois

 SOUS LES PLANCHES

Le fichier auto-correctif d'André Brau

À la fin des années soixante, les écoles communales de Saint-Germain-du-Corbéis sont dirigées par M. et Mme Brau. Les archives de ces deux instituteurs, alors en fin de carrière, nous ont été déposées par leurs enfants en 2002. Outre des cahiers d'élèves et de maîtres ainsi que des manuels scolaires, on retrouve cet intrigant fichier auto-correctif en bois qui pourrait contribuer à l'histoire de l'éducation et de la pédagogie dans l'Orne. Encore faut-il comprendre son utilisation !
Le fichier auto-correctif d'André Brau

La discussion sur les fichiers autocorrectifs remonte à celle sur l'enseignement programmé et la pédagogie expérimentale des années 1920-1930. Elle s'est développée autour des notions telles que « la pédagofiche », « la studiométrie », « le fichier scolaire coopératif »...  Le mouvement Freinet avec les « Imprimeurs à l'école » a participé activement à ce débat et plusieurs militants du mouvement dont Célestin Freinet, se sont attachés à produire des fiches de calcul. La discussion dans le mouvement Freinet est attisée par les positions et les travaux de Carl Washburne qui était en train de se faire connaître en Europe à travers les différents congrès pédagogiques internationaux et la publication de quelques articles résumant ses travaux. C. Washburne, inspecteur et administrateur des Écoles publiques de Winnetka (USA), fut le premier, à notre connaissance, à expérimenter l'auto-instruction par exercices individuels programmés, et à publier un programme autocorrectif complet en calcul. Son approche est d'ailleurs appelée aussi « la méthode Winnetka ».

Pour en savoir plus, consultez l'intégralité de cet article de Gérald Shlemminger dans le Nouvel Éducateur.


ACTEURS DE LA RECHERCHE

Karine Aubertin, généalogiste professionnelle

Leader européen de la généalogie successorale, la société Coutot-Roehrig emploie dans la région trois collaborateurs, dont Karine Aubertin, pour des recherches d'héritiers sur les départements du Calvados, du Maine-et-Loire, de la Mayenne, de l'Orne et de la Sarthe.

Mandatés par plusieurs études notariales de France et de Navarre, ces derniers effectuent leurs recherches en parcourant les archives de l'état civil, de l'enregistrement et du notariat, mais aussi d'autres sources, non moins précieuses : les listes nominatives et les registres matricules du recensement militaire (avec cette particularité dans l'Orne, où les domiciliations successives des conscrits sont parfois associées à un dénombrement familial). Quand la recherche s'avère plus difficile, Karine Aubertin a recours à des documents moins connus des généalogistes amateurs : les dossiers de l'Assistance et de la prévoyance sociale, les demandes de passeports ou de naturalisation, les listes électorales, les matrices cadastrales, etc.

Le taux de réussite est impressionnant, proche de 100%, la loi aidant puisque la succession d'un défunt peut échoir à toute personne qui justifie de sa parenté et celà jusqu'au sixième degré. Le cabinet accompagne alors les heureux élus depuis l'inventaire des biens dont ils vont hériter jusqu'aux démarches successorales auprès du notaire.
Karine Aubertin, généalogiste professionnelle

Direction des Archives et des biens culturels de l'Orne, 6-10 avenue de Basingstoke, 61017 Alençon Cedex  
Tél. : 02 33 81 23 00 - Fax : 02 33 81 23 01 - Mél : archives@cg61.fr - Site internet : http://www.orne.fr